AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort... (pv Mégane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Alex Reevers

Alex Reevers




Messages : 671
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort... (pv Mégane)   Mar 25 Aoû - 17:54

Assis sur un banc et penché en avant, Alex tripotait dans ses mains un petit écrin bleu recouvert de velours. Pour la millième fois depuis ce matin, il le regarda sous tous ses angles sans oser l’ouvrir et le pressa entre ses doigts avant de le faire disparaître au fond de sa poche pour encore le ressortir et le faire tourner entre ses mains. Il était perdu. Définitivement perdu…

En se baladant dans les rues par ce radieux début de semaine, il n’avait pas prévu qu’il rentrerait chez lui avec cette petite boîte dans les mains. Il avait simplement commencé sa journée, pareille à toutes les autres de sa vie, puis était descendu au bas de son immeuble pour se promener dans l’avenue. Il voulait se dégourdir un peu les jambes en allant faire un tour au parc avant de retrouver Mégane pour un déjeuner en tête à tête. Seulement au parc, il n’y était jamais arrivé. Dès sa sortie dans la rue, une harpie s’était plantée devant lui et lui avait bloqué le passage, ne lui laissant pas d’autre choix que de se figer en attendant de voir ce qu’elle lui voulait.

- Salut Alex ! lui avait-elle lancé avec un de ces sourires satisfaits sur le visage.

Le sang d’Alex s’était glacé dans ses veines. Ce sourire appartenait au genre de ceux qui ne présageait jamais rien de bon à la personne à laquelle il était adressé et dont il valait mieux ne pas avoir à s’approcher. Sentant le coup fourré sous les airs angéliques de son interlocutrice, Alex l’avait accueillie sans broncher avec dans les yeux une lueur aussi froide qu’un iceberg au milieu de l’antarctique. Et puis, quelque chose clochait. Pour rien au monde il ne l’aurait avoué, mais pour une fois, la visite de cette harpie l’avait surpris. Elle se comportait différemment de toutes les autres et puis surtout, elle était seule. Oui, Alex avait eut beau scruter la rue dans ses moindres détails, il n’avait aperçu personne d’autre qui aurait pu correspondre à la description d’une de ces filles. Une seule et unique harpie à l’horizon, ce n’était vraiment pas bon signe. Les harpies, ça se balade toujours en troupeau…

- Alors Alex, tu ne me dis pas bonjour ? avait-elle continué toujours avec le même sourire affiché sur ses lèvres.

Et ce sourire commençait vraiment à l’inquiéter. Pour la première fois depuis qu’il était arrivé dans cette ville, il sentait qu’il était en danger en face d’une harpie. Pourtant, c’était idiot. Elle n’était pas moins frêle que les autres et Alex s’était spécialisé dans la fuite de ses admiratrices. Pourquoi aurait-il peur d’une jeune fille. Toute seule de surcroit.

- Je ne vois pas pourquoi je le ferais, avait-il déclaré, je ne te connais même pas.

- Oh, mais si tu savais ce que j’ai à te dire, tu ne me dirais certainement pas ça !

- Et bien je ne veux pas le savoir, alors laisse-moi passer. Je ne veux pas avoir à frapper une fille.

Sur ces mots, elle avait carrément rigolé, fière d’un secret dont elle était la seule détentrice. A ce stade-là, elle avait commencé à lui faire penser à une actrice diabolique prenant son rôle très au sérieux. Même pour Alex, qui en avait vu pas mal avec ces filles, c’en était déroutant. Elle continuait, l’air de rien, à parler devant lui sans remarquer son trouble.

- Ca va peut-être changer, crois-moi, mais ce ne sera certainement pas avec moi. Et quand tu sauras, rappelle-toi qui sera venu te voir pour te le dire. Je serai ravie de te tenir compagnie.

Ca y est, Alex était en colère. Les poings serrés le long de son corps et la mâchoire crispée, il s’était avancé vers elle d’un air menaçant et avait détaché chaque syllabe de ses paroles en les prononçant très doucement pour éviter de carrément lui gueuler dessus et de créer un scandale. Cependant, de par le ton impérieux qu’il avait employé, l’effet n’en avait été de lui-même que plus effrayant.

- C’est-la-dernière-fois-que-je-te-le-dis. Laisse-moi-passer !

Cette fois, la jeune harpie avait pris peur et ne semblait plus aussi sûre d’elle. Sans s’en apercevoir, elle avait dégagé légèrement la sortie de l’immeuble et Alex en avait profité pour s’engouffrer dans la brèche en la poussant un peu. Il était sortit et s’était mis à courir sans un regard en arrière, sachant pertinemment qu’elle ne pourrait pas le suivre.

-Attends ! avait-elle alors crié. Si tu pars, tu vas le regretter ! C’est Mégane, elle…

Mais il était déjà trop loin pour entendre quoi que ce soit d’autre. Un doute le saisit cependant. Qu’avait-elle voulu dire au sujet de Mégane ? Doucement, il revint sur ses pas. Mais c’était trop tard. Le hall de l’immeuble était vide et il n’y avait aucune trace de la jeune fille, juste un petit bout de papier par terre avec écrit en gros : « J’aurais essayé ».
Il avait passé plusieurs secondes à l’observer puis l’avait tout simplement balancé dans la première poubelle qu’il avait trouvée. Les harpies mentent comme elles respirent, et celle-là en particulier avait peut-être fait tout ça juste pour pouvoir le piéger et attirer son attention. Chose qu’elle avait plutôt bien réussi d’ailleurs ! Mais de toute manière, maintenant qu’elle était partie, il ne pouvait plus rien y faire. Son rôle à lui c’était de fuir, pas de pister les gens. C’est pourquoi il avait fait de son mieux pour oublier l’incident et continuer sa promenade le cœur léger.
Mais évidemment, son petit tour au parc avait été plus que compromis. Après cette histoire avec cette fille étrange, il n’en avait carrément plus du tout envie. Mais il aurait tout fait pour ne pas rester cloîtrer dans son appartement à attendre l’heure de son rendez-vous comme un lion en cage. C’est ainsi qu’il se retrouva à longer les rues, en quête de distraction avant de tomber nez-à-nez avec un groupe de cinq harpies. Pensant furtivement à sa rencontre précédente, il avait pris la fuite sans se poser de question. Il préférait ne pas avoir une autre confrontation avec elles et pour pouvoir les semer plus facilement, il était entré dans la première boutique qui s’était présentée à lui : la bijouterie des sœurs Taylor.
Arrivé là, il ne sut plus vraiment quoi faire. S’il sortait, les harpies le retrouveraient, mais s’il restait, il ne pouvait décemment pas rester les bras croisés. Il voyait le vigile l’observer du coin de l’œil comme pour le dissuader d’un vol éventuel et il sentait qu’au vu d’une des sœurs Taylor, il n’était pas vraiment le genre de client dont elles aimaient s’occuper.
Sans leur accorder la moindre attention, il feignit de s’intéresser aux bijoux exposés dans la vitrine en prenant bien l’air de chercher quelque chose. Et c’est là qu’il les vit. Des longues boucles d’oreille en forme de cœurs et de fleurs suspendus par de minuscules lames d’argent finement ouvragé. Et il avait su. Il avait su qu’elles ne pourraient appartenir qu’à une seule personne : Mégane. Et c’est pour ça que, sans s’inquiéter du prix exorbitant de ces petits bouts de métal, il les avait achetées et avait fourré la boîte dans sa poche en sortant. Il imaginait déjà sa petite amie en train de les porter et de… Sa rêverie avait été interrompue par la sonnerie chaotique de son portable qui vibrait.

Numéro : inconnu
Objet : La fille de ce matin

Alex s’était figé. Mais comment cette fille avait-elle pu obtenir son numéro personnel ? Il ne l’avait donné qu’à ses amis les plus proches, ceux en qui il avait une totale confiance, et ces saletées de harpies n’avaient jamais pu mettre leurs petites griffes acérées sur ces infos. Et puis tout d’un coup, celle fille arrivait et en une seule journée, elle avait réussi à faire vaciller tous les aprioris d’Alex sur les harpies qu’il avait croisées sans cesse pendant près de deux ans de sa vie. Il devait bien l’admettre, cette fille commençait vraiment à l’intriguer. Surtout maintenant qu’il savait qu’elle était beaucoup plus maligne qu’elle le paraissait. Maligne ou obstinée…
Alex avait été étrangement embêté par ce message. Si ça avait été de quelqu’un d’autre, il l’aurait effacé sans hésiter. Mais voilà : ce n’était pas de quelqu’un d’autre. Alors il n'avait pu se résoudre à effacer le message sans même y jeter un coup d'œil, et pourtant, il l’aurait peut-être préféré.

" Je sais beaucoup de choses et puisque je t'aime, je vais partager avec toi ce que je sais. Ne crois pas que les anges ne peuvent être diaboliques. C'est faux ! Mégane t'as trompé avec Clay et si tu ne me crois pas, tu ferais bien de vérifier. "

Alex avait souri. Ce qu’elle disait était tout simplement impossible et il aurait ri devant la piètre méthode que cette harpie avait trouvée pour briser son couple et s’aménager un peu d’espoir. Finalement, elle ne devait pas être si intelligente que ça ! Pour débiter des âneries pareilles… Mais bien vite, le sourire d’Alex s’était effacé, alors qu’il repensait au coup de fil que Mégane lui avait passé le matin même aux aurores. Il avait été surpris par sa voix tremblotante, et son manque d’assurance l’avait marqué au point qu’il avait failli la rejoindre sur le champ. Mais bien entendu, il ne l’avait pas fait. Il était encore bien trop tôt pour une petite visite chez les Flews et elle avait semblé pressée de raccrocher :

- Allo ?
- …
- Allo, qui est là ?
- Alex, c’est moi… Mégane.
- Bonjour mon ange. Tout va bien ? T’as pas l’air dans ton assiette.
- … Non, je…, enfin oui ! Je… on,… on se voit tout à l’heure okay ?

Et elle avait raccroché. Il n’avait même pas eu le temps de lui répondre qu’il n’y avait plus personne au bout du fil. Sur le coup, il avait été un peu inquiet et il l’avait rappelée mais il était immédiatement tombé sur sa messagerie. Après plusieurs essais, il s’était dit qu’elle était pressée et qu’elle n’avait pas de temps pour lui. L’incident avait été clos.

Mais maintenant ? Maintenant qu’il avait reçu le message de cette fille ? Que devait-il penser ? Il rigola… d’un rire nerveux. Non, ça ne pouvait quand même pas être ça ! C’était ridicule ! Mégane, le tromper ? Non ! Jamais. Mais, et si elle…

Alex était retourné chez lui et s’était assis sur un banc en bas de son immeuble. Pour réfléchir. Il jouait avec le petit écrin de velours en le faisant tourner entre ses mains. Il était perdu. Définitivement perdu...

Non, en ce magnifique début de journée, Alex n’aurait jamais pensé qu’il ramènerait cette petite boîte à bijou avec lui. Et il n’aurait jamais pensé non plus qu’un terrible doute s’emparerait de tout son être. L’écrin bleu roula sur le sol et Alex le ramassa de ses doigts tremblotants. Que devait-il faire ? Il esquissa un pauvre sourire. Cette question, quelqu’un de sensé ne se la serait jamais posée.

- Allo, Mégane ?


Dernière édition par Alex Reevers le Dim 6 Sep - 14:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort... (pv Mégane)   Mer 26 Aoû - 11:42

Les mains de Mégane tremblait sur les rebords du lavabo. Elle pleurait sans cesse depuis ce soir ou elle avait fait une énorme bêtise. Depuis ce soir ou, tout allait changer dans sa vie, elle en était sûr. Ce qui l’avait d’abord étonnée, c’était que Pretty Girl, n’était pas encore au courant de cette info qui pourrait la rabaisser dangereusement.
Le portable de Mégane sonna… Mais elle aurait préférée ne jamais y répondre…

Tout avait démarrer le matin même. Elle se sentait mal et nauséeuse lorsqu’elle avait appeler son petit ami aux aurore. Il avait forcement du s’apercevoir du malaise de Mégane.


    - Allo ?


Elle se figea et ne répondit rien. La voix d’Alex lui donnait de profond remord. Elle n’aurait jamais du faire ça…

    - Allo, qui est là ?
    - Alex, c’est moi… Mégane.
    - Bonjour mon ange. Tout va bien ? T’as pas l’air dans ton assiette.
    - … Non, je…, enfin oui ! Je… on,… on se voit tout à l’heure ok ?


Elle raccrocha au nez d’Alex. La jolie blonde tomba comme une poupée sur son lit. Elle regardait le plafond avec des yeux vide d’expression et en larme. Mégane avait vraiment changer… Cet imbécile l’avait changer… Pourquoi avait-il fallu qu’elle aille chez Clay ce soir là ?! Pourquoi lui et pas Alex. A la limite chez June, qui habitait seulement deux rues après le beau blond. Mais non… Il était le plus proche, elle était stone … Et il n’avait même pas protester ! Mégane lui avait dit qu’elle ne voulait plus qu’il l’approche, qu’il la touche ou bien même qu’il lui parle… Non, elle ne voulait plus jamais revoir Clay Evans de sa vie. Sa vie.. En avait-elle encore une.
C’est alors que Mégane eut un haut-le-cœur… Se levant en quatrième vitesse, elle courra vers la salle de bain vomir… Que lui arrivait-elle. Se sentait-elle coupable à ce point ? Elle se rinça la bouche et se lava les dents. Ou bien…
Mégane se regarda dans une glace avec des yeux horrifiés avant de dévaler ses escaliers quatre à quatre et de piqué une dizaine de dollars à son père. Elle courra vite pour arriver en bas, juste en face d’elle, une épicerie. Il devait sûrement y avoir ce qu’elle cherchait… Elle traversa la rue à tout allure pour rentrée dans la superette, elle alla au comptoir. C’était Emric qui était à la caisse aujourd’hui.


    - Tu aurais un test de grossesse pour moi s’il te plaît…
    - Pour toi ?
    - Oui enfin hum… Pour ma belle mère, mentit-elle.


Il acquiesça et partie dans l’arrière boutique lui en ramené un. Le plus efficace avait-il dit. Elle le remercia vite fait avant de refaire tout le chemin inverse, pour retourner dans son appartement. Mégane était seule chez elle et tant mieux. Elle monta, toute tremblante à la salle de bain. S’enfermant avec soin à clés. Elle fit le test. Les deux minutes d’attente lui parurent des heures… Elle ne pouvait pas être enceinte. Non… Sinon cela signifierait qu’elle ne savait pas qui était le père. Mégane pris le test de grossesse d’une main tremblante… Il était positif. Elle le lâcha, ahuris. Non.. Non… NON !
Ses petites mains s’agrippèrent au rebord de la baignoire, tandis que ses yeux avait une lueur d’affolement. Tel un zombie, elle se fit couler un bain et doucement rentra dedans… Réfléchir. Elle devait réfléchir et être parfaitement détendue. Mais son regard ne cessaient d’aller et venir sur la poubelle, la ou elle avait mit se maudit test. Détendue... Comment diable pouvait-elle l'être ?! Elle... Elle avait fait une énorme bêtise. Couché avec Clay Evans n'était pas le meilleur moyen de prouvé à Alex qu'elle l'aimait... Mais alors comment... Mystère et boule de gomme... Si seulement elle pouvait revenir en arrière. Ou si Il pouvait lui pardonné... Si il était au courant ?! Non... Elle baissa la tête. Ses cheveux blonds encore sec touchèrent le bord de l'eau. Délicatement elle rentra sa tête sous l'eau... En ce moment même, elle aurait voulu se laisser mourir pour ce qu'elle avait fait. En plus sa famille était catholique... C'était un énorme péché qu'elle avait fait la. Elle remonta vite à la surface, prenant une grande goulée d'air. Elle mit son visage dans ses mains et pleura. Sanglotant et tremblant comme jamais. Trente minutes horribles passèrent... Et Mégane sortit enfin.
Arrivé dans sa chambre, un grand peignoir en guise de vêtement, elle s'assit sur son lit, essuyant les dernières larmes. En regardant son portable, elle vit qu'elle avait deux messages.

Clay Evans
« Mégane, je suis désolé... »

Désolé ? Elle secoua la tête avant de regarder l'autre.
Inconnu
« Je sais tout »

Mégane se figea... NON ! Cette personne ne pouvait rien savoir ! RIEN ! Mégane de colère jetta son téléphone sur oreiller, quand celui-ci sonna. Elle décrocha, parlant d'une voix tremblante, des larmes de rages roulant sur sa joue.

    - Allô Mégane ?
    - ...
    - Mégane ? répéta la voix d'Alex.
    - Oui ?
Revenir en haut Aller en bas
Alex Reevers

Alex Reevers




Messages : 671
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort... (pv Mégane)   Dim 6 Sep - 13:49

- Allo, Mégane ?

Le bip régulier de la tonalité avait disparu. Il était sûr que quelqu'un - Mégane sans doute - avait répondu. Mais alors, pourquoi est-ce qu'il n'y avait aucun bruit à l'autre bout du fil ?

- Mégane ? appela-t-il encore après un court instant.

Cette fois elle lui répondit. Un petit "oui" incertain et étouffé sortit de son téléphone, si faible qu'il n'aurait rien entendu s'il n'y avait pas eu un silence presque complet autour de lui. Ce n'était pas normal. Ce n'était définitivement pas normal. Elle n'était peut-être pas toujours très enjouée et pleine de joie de vivre mais elle n'était jamais aussi craintive et déboussolée que sa voix le laissait transparaître. La gorge d'Alex se serra à la seule pensée que ce que cette harpie lui avait dit pourrait être vrai mais il secoua la tête et se reprit. Il rejeta cette idée. Ce n'était pas possible.
Il laissa encore quelques secondes de silence s'installer, le temps d'une profonde inspiration, puis reprit la parole, un peu plus sûr de lui.


- Tout va bien ? lui demanda-t-il pour la seconde fois de la journée.


Mais voulait vraiment savoir ce qui n'allait pas et pourquoi est-ce qu'elle était dans cet état. Tout en gardant le téléphone à son oreille, il se mis en marche et traversa la rue en direction de la station de métro. Il ne pouvait peut-être pas dire qu'elle lui cachait quelque chose mais il y avait quelque chose qu'elle ne lui avait pas encore dit, il le sentait. Et il refusait de se faire des fausses idées et de la juger sans vraiment savoir la vérité. Il devait la voir. A tout prix. Au téléphone, on peut cacher des choses, disimuler les expressions de notre visage et moduler un peu sa voix mais face à face, c'est impossible. Il suffirait seulement qu'il la voie. Et alors il saurait quoi faire, quoi dire et quoi penser. Mégane était son petit ange après tout. Il ne pouvait pas douter d'elle, comme ça, à cause de quelqu'un qu'il n'avait jamais vu de sa vie. Ce serait ridicule.
Il pressa l'allure. A l'autre bout du fil, Mégane ne disait rien. Il entendait son souffle anormalement élevé contre l'appareil mais pipait mot. Il s'inquiéta. Et si elle était malade ? Vraiment malade mais qu'elle n'osait pas le lui dire ? Il rapprocha un peu son portable de sa bouche et lui dit :


- Ecoute, Mégane, je ne sais pas ce qui ne va pa mais, tu es chez toi n'est-ce pas ? Ne bouge pas j'arrive tout de suite.

Et il raccrocha. Il n'aurait peut-être pas dû mais si elle lui avait dit de ne pas venir, il ne savait pas si il aurait pu l'écouter ou pas. Dans le doute, il avait préféré raccrocher tout de suite et se précipiter dans le métro sans attendre qu'elle lui réponde.
En moins de dix minutes, il s'était retrouvé au bas de son immeuble. Il courrait plus qu'il marchait et atteignit l'ascenseur avec un souffle plutôt irrégulier. "En panne" clamait une affiche scotchée sur les portes. Alex soupira.Tant pis, il devrait monter à pied. Il entreprit son ascension sans se décourager et s'arrêta devant la porte de l'appartement. Il marqua un temps de pause, puis frappa. Pas de réponse.


- Mégane, appela-t-il, tu es là ?


Toujours rien. Il appuya sur la poignée. La porte n'était pas fermée et elle s'ouvrit dans un léger chuintement. A l'autre bout de la pièce, Mégane, le teint pâle et les yeux écarquillés, le regardait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort... (pv Mégane)   Mer 9 Sep - 14:02

Mégane était bloqué au téléphone. Aucun son ne voulait sortir de sa bouche, juste une respiration qui se voulait normal et qui ne le fut pas. Hachée et mouvementée, son mode respiratoire n'était pas le meilleur. Il lui demanda de nouveau dans la journée si ça allait. Non, ça n'allait pas. Et le pire fut quand Alex lui dit qu'il arriverait tout de suite. Il raccrocha avant qu'il est eut le temps d'entendre le hurlement strident de Mégane :


    - NON !


Trop tard, elle rejeta le téléphone sur l'oreiller. Elle était encore en peignoirs. Vite, mettre quelque chose de présentable, ou il se douterait qu'elle lui cachait un truc. Elle décrocha une robe chemisier à carreau avec un leggings et des bottines. Ce douterait-il qu'elle ? ... Non, ce n'était pas possible. Mais si le sms de tout à l'heure était une harpie de Alex ? Que ferait-elle ? PG était-elle déjà au courant ?! C'est en soutien-gorge avec juste un leggings sur elle qu'elle courra vers l'ordinateur. Rien... Ce qui était étrange. Stressant elle alla à la salle de bain. S'enfermer ? L'évité ? Dire qu'elle à attraper la Grippe H1/N1 ? Raaah... Qu'elle était idiote. Elle rouvrit la porte. Autant qu'elle lui dise. A moins qu'il ne se doute de rien, la elle ne lui dirais pas. Elle prétexterait être malade. Avoir mal au ventre, ce qui n'était d'ailleur pas du tout un mensonge. Elle descendit dans le salon et elle commença à faire les cents pas. Elle n'aimait pas ne pas avoir le contrôle ! Et ça lui arrivait trop souvent c'est derniers temps à son goût. C'est alors que quelqu'un frappa. Elle se figea, en esquissant un pas vers la porte. Elle s'assit dans le canapé à la place. Avec de la chance, il croirait qu'elle n'était pas... Un chuintement feutré l'enleva de ses pensées et elle leva la tête vers celui qui venait d'ouvrir la porte. Il la regardait avec inquiétude. Avait-elle aussi mauvaise mine. Elle se leva immédiatement, comme un ressort. Elle était si tendue... Et elle avait l'air encore plus fragile que d'habitude.


    - Bonjour, murmura Mégane.
Revenir en haut Aller en bas
Alex Reevers

Alex Reevers




Messages : 671
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort... (pv Mégane)   Jeu 10 Sep - 18:33

Ce simple petit mot avait été prononcé dans un souffle. Sa voix était presque inaudible, brisée.S'il n'avait pas été face à elle quand elle avait parlé, il n'aurait rien perçu de plus que le silence qui les entourait. Le temps s'était comme arrêté. Ni l'un ni l'autre ne bougeait. Ils se regardaient. Tantôt comme une biche effarouchée, tantôt comme un criminel enterrant ses secrets à jamais. Soudain, Alex brisa leur immobilité. Il avança vers Mégane les bras grands ouverts et l'emprisonna dans son étreinte. C'était idiot et il le savait. Il n'aurait pas du faire comme si de rien était. Mais il ne savait pas. Il ne savait plus. Il pensait que si il la voyait il saurait mais c'était faux. Ce n'était pas un film ou tout le monde sait au premier coup d'oeil que quelqu'un ment ou pas. Il pensait qu'il le sentirait. Mais la véritait étiat qu'il ne ressentait rien. Rien du tout. Ses sentiments n'étaient qu'un amalgame de pensées brouillées et tourmentées par des images de Clay et de Mégane, de la harpie et des souvenirs de leurs baisers. Il se blottit un peu plus contre Mégane et lui releva le menton de ses doigts fins. Son regard souligna ses yeux et glissa le long de ses joues pour s'attarder sur ses lèvres. Lèvres qu'il ne pouvait imaginer effleurées par un autre que lui. Il se pencha doucement, lentement, et goûta au nectare sucré de la bouche de Mégane. C'était faux. Tout était faux. Elle lui appartenait et à personne d'autre. Elle ne se serait jamais laissée toucher par un autre. C'était son ange. A lui.

- Bonjour mon ange, dit-il enfin.


Il posa une main sur sa joue et lui releva une mèche de cheveux qui tombait devant ses yeux.


- Tout ira bien, ajouta-t-il. Je suis là maintenant.


Et il l'embrassa une seconde fois. Si seulement elle pouvait savoir combien il l'aimait... Son petit coeur en souffrait rien que d'y penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort... (pv Mégane)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort... (pv Mégane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New-York City :: >> NEW YORK :: Les rues -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com